Petite histoire

C’est une histoire de famille. Une histoire de goût, de soins de persévérance. De courage aussi. L’exploitation appartenait à ma grand-mère. Celle-ci avait des vaches salers. Dès mon plus jeune âge, j’ai eu la chance de vivre cette passion car j’aimais rentrer les vaches avec elle dans l’étable. A chaque saison je parcourais les champs pour observer les transformations de la nature. Suite à son décès j’ai décidé de reprendre l’exploitation si chère à mon cœur.

Qui sommes nous ?
Moi Carole Joly : diplômée d’un Bac Pro Agricole et d’un Certificat de

Spécialisation Caprin et oui dès l’adolescence au cours d’un stage de découverte j’ai eu un bon contact avec les chèvres et j’ai voulu les connaitre un peu mieux c’est pourquoi je suis parti dans l’Indre me former. Plusieurs années de salariat mais j’ai toujours eu à l’esprit m’installer et avoir mes propres chèvres.

Aujourd’hui, ce rêve se concrétise. Après quelques transformations du bâtiment pour l’adapter aux chèvres, le 15 juillet 2016, notre cœur palpite à mon mari David Joly et moi – même les 40 chevrettes arrivent.

De notre ferme patiemment restaurée à notre élevage de chèvre, c’est la même recherche, le même travail : la qualité

Capture d_écran 2017-09-11 à 11.40.46

La Ferme : en quelques chapitres :

C’est une exploitation familiale. Le bâtiment (corps de ferme) comprend une partie habitation et la deuxième partie c’est la chèvrerie. Grâce à une fenêtre nous pouvons surveiller nos chèvres et elle aussi par ailleurs. Nous avons construit en bois une fromagerie attenante à l’étable.

 

Nos chèvres :

Toutes avec des prénoms, nous avons forcements des chouchoutes (Maelys, Mirella, mustella) Elles sont quarante avec 14 chevrettes de renouvellement et 2 boucs. Elles sont de race alpine chamoisée plus rustique à notre climat montagnard de 900m d’altitude.

Coté alimentation :

Toujours le foin de chez nous. Une alimentation naturelle et saine. Ici nous avons la chance d’avoir une flore très diversifiée qui nous permet de diminuer l’apport de concentrés. La chèvre trouve tous ceux dont elle a besoin. C’est en respectant la Terre, les animaux et les hommes que nous créeront l’équilibre de notre environnement, de notre alimentation. D’ailleurs nous faisons les démarches pour être en bio. Le projet sera concrétisé au cours de l’automne.

En ce moment l’herbe est tendre et les noisetiers garnit de feuilles très appétantes pour les chèvres. Elles sont très écologiques car elles adorent les feuilles de ronce, elles nous permettent de mieux valoriser le terrain. Nous n’avons pas besoin d’apporter de l’engrais.

Pour les soins : nous utilisons l’homéopathie et la
phytothérapie pour remplacer les antibiotiques et les allopathies.

Pour le sol : nous n’utilisons pas de pesticides, pas d’engrais chimiques.

Capture d_écran 2017-09-11 à 11.40.59

Notre fromage :

Je fabrique des pyramides qui ont un poids de 250gr. Elles sont fabriquées au lait entier pur chèvre et moulées à la main. Sa texture est crémeuse autour. Son affinage est de 12 jours minimum. Je vous propose des pyramides demies sèches au prix de 5,00 € pièce.

Je me tourne vers vous les Amapiens pour accepter mon produit. Percevant les difficultés et les dérives de l’agriculture intensive, le gaspillage et l’hégémonie de la grande distribution la ferme familiale souhaite proposer son produit à vous.

Capture d_écran 2017-09-11 à 11.41.11

Publicités

 L’année 2017 produit des périodes de  température et de pluviométrie totalement anormales. Il n’y a pas (encore) eu des grandes sécheresses comme les années précédentes, mais la nature sauvage et la pousse de l’herbe de prairie naturelle est chamboulée quand même.

Notre voisin (et ami) a installé depuis 2009 un appareil de mesure de pluviométrie très sophistiqué qui  la mesure  tout les ¼ d’heure et donne par ordinateur des statistiques de précision incroyable. On voit bien que la quantité d’eau annuelle ne change pas trop. Par contre, les pluies se produisent dans d’autres périodes de l’année et surtout elles sont très intenses. Le sol desséché n’a pas le temps de s’ouvrir et d’absorber l’eau. L’eau ruisselle puis disparait. Ajoutons à cela les températures modifiées dans les différentes périodes de l’année, avec des pics de chaleur  intensifiés et les fondements du désordre sont posés.

 Le changement climatique continue donc à nous poser des problèmes, tout semble bouleversé ; même les abeilles ne font pas leur préparation pour passer l’hiver.

Normalement les abeilles ne vivent en été que 6 à 8 semaines et à la fin d’été elles préparent une couvaison de jeunes qui survie tout l’hiver et démarre les activités de la ruche du printemps suivant. Dans notre région, les apiculteurs disent que les abeilles sont tellement désorientées qu’elles continuent comme si l’hiver ne viendra pas. Donc si elles ne préparent pas le couvain des jeunes qui survivront l’hiver, toutes les ruches seront mortes le printemps prochain.

Idem  pour le bouleversement de la végétation.

Un exemple : Une plante « pense » surtout à sa survie (pour les vivaces) ou  celle de sa progéniture (pour les annuelles). Ce printemps, les températures au début étaient si élevées, que le somme de température, (qui donne le départ pour la pousse d’herbe, les graminées), était atteinte beaucoup plus tôt. L’herbe a donc commencé à pousser courageusement, mais la pluie manquait et de surcroit, les températures ont chuté. Normalement l’herbe produit d’abord des feuilles, qui forment des touffes, pour se nourrir elle-même. Et au même moment ces touffes font le principal du repas des vaches. C’est seulement après que la plante a fait ces feuilles et a pris des forces, qu’elle « pense » à sa reproduction. Elle forme ses graines, les fait monter sur une tige pour qu’elles puissent bien se disperser et ensuite les graminées disparaissent pour laisser la place pour les autres plantes, les feuillus. Cette année donc, les graminées n’ont vu  le vent, mais les conditions climatiques ont tourné et elles se sont mises directement en mode de survie. « Tant pis pour former des feuilles, vite produire des graines et leur tiges et on verra bien l’année prochaine » était leur stratégie.

Les graminées de l’année prochaine pousseront moins vigoureusement ?

Résultat : Une herbe haute mais très clairsemée. Donc moins de foin à récolter et moins d’herbe à brouter pour les vaches.

 Ce que je crains le plus est que toute l’interaction entre tous les différents organismes et les processus bio chimiques  dans le sol soient chamboulés. Le monde des interactions entre flore, faune, micro-organismes sur et sous terre, dans l’air et dans l’eau est tellement complexe.

 Capture d_écran 2017-08-29 à 11.04.46Capture d_écran 2017-08-29 à 11.04.38

Mais revenons à nos vaches, veaux et taureau.

J’ai le bonheur de vous dire qu’il n’y a rien de spécial à dire. Tout le monde va bien !!!!

Le plupart des jeunes ont vêlé avec 1 mois d’avance, donc avec un intervalle de 11 mois entre 2 vêlages au lieu de 12 mois. Cela nous oblige à faire très attention qu’elles ne s’épuisent pas. Par contre 3 ainées font le contraire, elles attendent quelques mois de plus. Pour toute transparence, le taureau est avec le troupeau toute l’année, donc les animaux déterminent eux-mêmes les saillies.

 Au niveau du stock de foin pour l’hiver, si on part de l’idée qu’il faudra nourrir les vaches  de novembre au mois de mai,  (180 jours), comme normal, il nous manque 15 %, à cause de manque de récolte au mois de juin (voir explication en haut). Par contre peut-être nous pouvons récolter un peu de regain (l’herbe de 2ème coupe) qui pourra combler ce manque. Mais s’il gèle plus tôt cette année ou plus tardivement, le printemps prochain, il y a un problème. Que des incertitudes…..

Capture d_écran 2017-08-29 à 11.05.31Capture d_écran 2017-08-29 à 11.05.45Capture d_écran 2017-08-29 à 11.05.51

PS: La première livraison de la saison pour l’Amap des Coeurs d’artichauts aura lieu jeudi 21 septembre entre 17h30 et 19h.

 

Après avoir rencontré Mustapha jeudi dernier, les amapiens ont eu l’occasion de le retrouver hier après midi sur ses futures terres maraichères à Claye-Souilly afin d’en savoir un peu plus sur son beau projet et d’imaginer notre future collaboration pour le maintien d’une agriculture biologique paysanne et locale!!

Voici quelques photos pour ceux qui n’ont pas pu venir!

 

 

 

Bonjour à tous,
Attendu impatiemment depuis quelques mois, le week-end à la ferme est finalement programmé le samedi 17/06 et dimanche 18/06.
Au programme :
– samedi après midi à partir de 15 heures ( RDV à la maison, 3 grande rue 89150 DOLLOT): lutte contre les invasives dans le champs de maïs. Les dernières pluies ne font pas pousser que le maïs, et un nettoyage des rhumex et chénopodes s’impose. Pensez à amener vos gants et binettes, nous avons un peu de matériel, mais peut-être pas pour tout le monde.
– samedi à partir de 19h : apéro/découpe/barbecue à la maison. Comme demandé par certains, nous aborderons les bases de la découpe de la volaille, et tout cela en vue de préparer le repas du soir. Merci de me dire le nombre de personnes présentes pour le repas du soir afin que je garde assez de volailles pour les grillades et la rôtissoire. Vous compléterez de vos meilleures préparations et breuvages ce repas.
-Soirée à la maison jusqu’à……ce que tout monde soit fatigué. les campeurs sont toujours les bienvenus, et les jeux de plein air pour enfants et plus grands
– dimanche RDV à partir de 9h30 sur la ferme pour une visite de la ferme et une première rencontre avec les derniers arrivés : les cochons
– atelier désherbage à partir de 11h00
– repas partagé à la maison. Amenez de quoi accompagner les volailles
– et retour au champ l’après midi selon motivation/courage du groupe
On vous attend.
JB

 

Bonjour à tous,

Petit rappel pour les nouveaux
– Depuis deux ans nous avons l’immense plaisir de travailler avec La ferme Mille Fleurs dans le département du Puy de Dôme. Ernestine et Jos travaillent ici sur une très belle exploitation dans le respect du bien être des animaux et selon le label Nature et Progrès.
– Ils nous livrent quatre fois par an des colis de 5 kg de viande de veau, de génisse, de broutard, de taureau, selon l’état de maturité de leur troupeau. Les colis sont conditionnés en petits sachets individuels qui correspondent à des morceaux de la bête abattue et sont chaque fois différents.
– Depuis cette année, ils nous proposent en plus un contrat pour les abats.
– Les contrats sont exclusivement ouverts aux adhérents qui ont souscrits un contrat Fruit ou Légume
– Nous travaillons à la mise en place d’un nouveau partenariat maraicher qui devrait prochainement aboutir et vous demandons de respecter par anticipation cette règle. (si vous n’avez pas de contrat fruit et que vous souhaitez prendre de la viande, prenez un contrat fruit ou bien engagez vous moralement sur un contrat légume à venir à l’automne), c’est un engagement moral.
Comment ça marche ? DATE DE RETOUR LIMITE POUR LES DOSSIERS COMPLETS LE 20 JUIN 2017
Pour le contrat viande : Imprimez en trois exemplaire le contrat ci-joint
– Faites 4 chèques de 100 euros à l’ordre de FERME MILLE FLEURS
– Déposez le tout dans ma boite à lettres au 5 Bd Gambetta
– Pour les abats imprimez en trois exemplaire et faites un cheque de 20 euros
Dans l’année:
– Vous serez prévenus environ un mois ou trois semaines à l’avance des propositions qui sont faites pour la livraison à venir et choisirez un type de viande parmi les propositions du moment
– Lors de la distribution du jeudi soir, vous récupérez votre colis
– Ce contrat comme tous les autres vous engage à participer à trois distribution dans l’année (ce n’est évidement pas cumulatif)
FAQ
– Attention faites bien des cheques séparés pour les contrats viande et abats
– Vous pouvez vous organiser à deux familles pour vous partager les commandes, soit a chaque fois soit une fois sur deux. C’est votre affaire, cela ne nous regarde pas. Il ne nous faut que le nom d’une seule famille pour contracter.
– N’hésitez pas à faire appel à des volontaires pour partager votre colis sur cette liste, l’an passé, quatre familles ont fait de la sorte.
Point sur le maraichage.
Nous affinons tous les paramètres d’une nouvelle proposition et revenons d’ici fin juin vers vous pour une belle aventure qui nous l’espérons suscitera l’enthousiasme que l’on connait aux adhérents de notre AMAP 🙂
Bonne journée
Le référent Mille Fleurs
Solen IMBEAUD

Bonjour à tous et à toutes
Samedi 06 mai a eu lieu la journée porte ouverte au verger de Jutigny.
Le nouveau contrat fruits pour 2017-2018 est donc lancé, à rendre avant le 01 juin dans ma BAL : 6 bis rue Henri Barbusse.

Avant de le remplir, lisez attentivement la suite : L’avenir de l’exploitation est plus que jamais entre nos mains !

Comme vous le savez, l’AMAP est partenaire de Bernard « les fruits de la Voulzette » depuis 2009. Nous avons connu de très belles années, avec des corbeilles au poids maximum et des années moins fastes.

L’année dernière était une mauvaise année, les inondations de mai-juin avaient empêché les fruits de bien se développer. Les corbeilles étaient moins importantes, les pommes petites, mais toujours excellentes !

Lors de la dernière distribution de la saison au mois d’avril, Bernard nous avait exprimé son optimisme (rare) pour la nouvelle récolte vu les excellentes conditions d’un printemps à la fois doux et pluvieux juste ce qu’il fallait.
Malheureusement, c’était sans compter sur la nouvelle catastrophe climatique quelques jours plus tard, dont vous avez sûrement entendu parler avec une vague de froid qui a sévi sur le vignoble français. Les médias ont moins parlé des fruits car les enjeux économiques nationaux sont moindres. A priori tous les vergers en France, de l’Alsace aux Pyrénées, ont gelé, avec 100 % de dégâts sur certains.
Il y a eu à Jutigny 10 nuits de gel après Pâques dont une très froide le jeudi 20 à – 5 degré (un gel noir de 10 h du soir à 9 h du matin).
Les dégâts sont importants car la floraison précoce était finie donc plus beaucoup de fleurs à venir.
Les petits fruits formés sont desséchés par éclatement des tissus et tombent.

Aussi l’année 2017/2018 sera une mauvaise récolte (type 1991 ou nous avions eu -7 le 21 avril), « climat quand tu nous tiens, nous les paysans et vous les consommateurs ».

Le contrat 2017-2018 sera donc réduit à 8 distributions pour ne pas trop alléger les corbeilles.

Les amapiens présents à la JPO ont décidé  de ne pas baisser le prix des corbeilles vu le contexte défavorable.

L’année dernière nous vous avions déjà demandé de souscrire à un contrat tout en ne sachant pas quelle serait la quantité de fruits dans les corbeilles, ce sera donc la même chose pour cette année.

Continuons cette année à soutenir Bernard et les fruits de la Voulzette !

C’est collectivement et individuellement le moment d’être solidaire.

La raison d’être d’une AMAP est le soutien à une forme d’agriculture :

–        paysanne, à taille humaine

–       respectueuse des grands équilibres environnementaux

–       permettant à l’exploitant de vivre décemment sans dépendre d’intermédiaires.

C’est aussi nous assurer d’une alimentation saine pour nous et nos enfants.

 

Souscrire de nouveau ce contrat cette année, au-delà du point de vue strict du consommateur du « moins pour du mieux », ce sera participer directement à la pérennité du verger, rare exploitation arboricole francilienne en bio. Le verger devient année après année un véritable patrimoine à sauvegarder. C’est également éviter une situation financière virant au rouge qui serait un handicap trop lourd dans le cadre de la transmission de l’exploitation sur laquelle travaille Bernard depuis plus de 2 ans.

 

Si vous souhaitez avoir plus de fruits vous pouvez prendre un panier plus important que l’année dernière.

Pensez qu’une corbeille complète pour nous est un investissement de 28 euros par mois sur 8 mois, pour Bernard qui n’aura sûrement aucune rémunération cette année (un peu contraire à la charte des Amap), c’est lui permettre de ne pas être en négatif…

Je reste à votre disposition pour toutes questions.

Artichaudement

Alvina

Contrat 2017-2018 8 distrib-1

Voici quelques photos du Printemps des coeurs d’Artichauts qui s’est tenu le dimanche 23 avril dernier, grâce au généreux accueil des Herbes folles dans leur agréable jardin partagé!

Barbecue, jeux, partage et convivialité!!